Pour répondre aux besoins croissants de fourniture en énergie renouvelable des habitants de Pont à Mousson et à la volonté commune de la Mairie de Pont-à-Mousson et d’ENGIE Solutions de poursuivre leur parcours de décarbonation, Henry Lemoine, maire de Pont-à-Mousson et Matthieu Bonvoisin, Directeur du Territoire Nord Est ENGIE Solutions, ont signé ce jour un avenant à la  délégation de service public (DSP) confiant à ENGIE Solutions l’extension du réseau de chaleur de la Ville. Dès 2024, une chaudière alimentée en biomasse apportera chaleur et eau chaude produits à base d’énergie renouvelable et locale à un équivalent de 1 200 logements supplémentaires. Cette nouvelle étape dans la transition énergétique du territoire vient compléter le mix du réseau initial, premier réseau de France alimenté en biogaz issu de la fermentation des déchets.

 

Le réseau de chaleur mussipontain, pionnier de l’énergie verte

Mis en service fin 2016, le réseau de chaleur de Pont-à-Mousson alimente à ce jour un total de 1 200 équivalents logements, soit près de 20 % de la population totale. Il apporte une chaleur et eau chaude sanitaire décarbonée à 14 bâtiments clés comme les résidences Houdemon, le CFA, le Centre des Sports Bernard Guy ou encore l’EHPAD de la Ville.

Exploité par ENGIE Solutions jusqu’en 2041, ce réseau exemplaire a la particularité d’être alimenté en biogaz issu des déchets valorisés par l’installation de Stockage des Déchets Non Dangereux (ISDND) à Lesménils. Complétée par une cogénération, cette chaufferie constitue actuellement la principale ressource énergétique du réseau, 100 % valorisée localement.

 

Répondre à la demande et diversifier les ressources territoriales

Afin de poursuivre la décarbonation du territoire et d’améliorer la qualité de l’air, la Ville de Pont-à-Mousson confie aux équipes d’ENGIE Solutions la réalisation d’une extension. D’ici 2024, 2 400 équivalents logements, soit le double, bénéficieront du confort apporté par ce réseau mutualisé. Représentant 4 km et 29 sous-stations supplémentaires, l’opération d’extension s’échelonnera sur deux ans. La mise en service du réseau Rive Droite est prévue d’ici 2023, suivie de la Rive Gauche fin 2024.

Dans le même temps, une chaufferie biomasse sera construite ;le choix de la biomasse constituée de plaquette forestière, qui sera prélevée dans un rayon maximal de 50 km, permet d’encourager le dynamisme de la filière bois. Le projet assurera par ailleurs la création d’au moins 6 emplois locaux.

Cette extension du réseau s’inscrit pleinement dans les objectifs de décarbonation de l’Etat. Représentant un investissement total de 10,2 millions d’€ portés par ENGIE Solutions, le projet reçoit ainsi le soutien du Fonds chaleur de l’ADEME à hauteur de 3,3 M€ et bénéficie du dispositif des Certificats d’économie d’énergie (CEE). Une subvention d’1,2 M€ est également apportée par le FEDER*.

Le projet permettra au total d’éviter sur la durée de la DSP plus de 75 000 tonnes de CO2, soit l’équivalent de plus de 1 100 véhicules.

La Ville de Pont-à-Mousson a été en avance sur son temps en lançant dès 2016 le réseau de chaleur. L’actualité tragique que nous connaissons aujourd’hui montre combien c’est vers ce type de solution innovante et respectueuse de l’environnement que nous devons aller collectivement. C’est donc avec enthousiasme que nous poursuivrons avec ENGIE Solutions dans cette voie. L’extension de notre réseau de chaleur permettra d’offrir aux mussipontains une énergie locale, verte et bon marché.

Henry Lemoine , Maire , Ville de Pont-à-Mousson

Nous sommes fiers de la confiance que nous accorde la Ville de Pont-à-Mousson pour continuer à l’accompagner dans son engagement au service de la décarbonation du territoire. Ce beau projet montre que les réseaux de chaleur sont un réel levier à la fois de la transition énergétique et de l’économie locale. A travers le choix du biogaz et de la biomasse, c’est une réelle dynamique vertueuse de circuit-court qui est favorisée.

Matthieu Bonvoisin , Directeur du territoire Nord Est, ENGIE Solutions

Chiffres clés :

  • 2 400 équivalents logements alimentés
  • 23,4 GWh livrés
  • 10,2 km de réseau
  • 3,4 MW de puissance de chaudière biomasse
  • 71 % des besoins annuels couverts grâce à l’énergie renouvelable
  • 10,2 millions d’€ d’investissement
  • Jusqu’à 8 emplois directs et indirects locaux créés
  • 76 000 tonnes de CO2 évités sur la durée de la DSP soit 1 100 véhicules

 

* Fonds Européen de Développement Régional