Mobilité verte : relever le défi de la recharge

mobilité verte - voiture éléctrique

Parce qu’elles constituent une réponse aux enjeux énergétiques de notre société, les voitures électriques investissent petit à petit le paysage automobile. Les constructeurs ne cessent d’améliorer l’ergonomie des modèles ainsi que les performances d’autonomie. Les pouvoirs publics s’inscrivent également dans la mobilité durable pour répondre aux préoccupations environnementales des utilisateurs. Un enjeu de taille demeure néanmoins : la recharge des véhicules. 

La mobilité verte : le nouvel enjeu des municipalités

Cela ne vous aura pas échappé, les moyens de locomotion alternatifs fleurissent dans les villes : voitures électriques en libre-service, vélos, trottinettes et même touk touk. Avec un marché de plus en plus concurrentiel, les principaux acteurs du secteur déploient de nouvelles offres pour répondre à la demande grandissante des usagers. Pour autant, la voiture personnelle reste le moyen de transport le plus utilisé par les Français. Selon une récente étude menée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, en association avec IPSOS, la voiture est largement plus utilisée que les transports en commun ou que les véhicules de substitution. 9 Français sur 10 l’utilisent régulièrement au quotidien, un chiffre qui a d’ailleurs augmenté en 10 ans.

transports - donnees 2019

Malgré leurs préoccupations écologiques, 87% des Français restent tributaires de leur voiture pour leurs trajets quotidiens. Conscients de ces enjeux, les territoires prennent part à la smart city et déploient des solutions substitutives. Ainsi, face aux défis d’une mobilité plus verte, les Régions s’inscrivent dans la tendance : « tickets mobilités » en Bourgogne, aires de covoiturage en Occitanie, ou encore bus à hydrogène dans le Nord, etc. Si ces initiatives séduisent une partie de la population, deux tiers des sondés estiment toutefois que l’offre de mobilité alternative n’est pas adaptée à leurs besoins. Les raisons ? Absences de lignes, nombreuses correspondances, horaires inadaptés. Ainsi, les voitures électriques, personnelles ou collectives, se font la part belle du marché.

Transition énergétique : rouler à l’électrique

Alliant praticité et transition énergétique, le véhicules hybrides ou électriques ont petit à petit conquis les particuliers tout comme les municipalités. Poussés par la Commission Européenne, qui durcit les normes d'émissions des rejets de CO2, les pouvoirs publics se voient contraints de proposer des solutions de substitution aux citoyens. En Europe, l’exemple le plus parlant est la ville de Barcelone. Depuis le 1er janvier 2020, la circulation de tous les véhicules diesel immatriculés avant 2006 et les essences immatriculés avant 2000 est interdite. Cette décision est la première d’une longue série puisqu’après l’Espagne, c’est en Belgique, dans la capitale Bruxelloise et ses environs, que ces mesures sont appliquées depuis de début de l’année. Si en France, encore très peu de villes appliquent ce type de mesures, le pays a décidé de réduire graduellement l’usage de moteurs thermiques. 

En janvier dernier, le cabinet de conseil en stratégie Boston Consulting Group (BCG) présentait ses prévisions pour les 10 prochaines années sur l'évolution du marché. Selon lui, la vente de voitures électriques et hybrides atteindra 33% en 2025 et 52% en 2030 sur le marché total. Des prévisions revues à la hausse par rapport à leur précédente étude de 2017.

Toujours selon le BCG, l’Europe fera figure d’exemple dans cette évolution. La France devrait se trouver dans le peloton de tête de cette conversion : les véhicules 100 % électriques rechargeables devraient représenter 39 % des ventes en 2030, soit autant que les motorisations dites « classiques » (environ 40 %). 

part de marché voitures électriques

Si les prévisions sont optimistes, cette accélération du marché électrique est d'ores et déjà en marche. En effet, 2,8 millions de voitures électriques ont été mise sur le marché en 2019 dans le monde. Une augmentation de 800 000 modèles sur les prévisions de 2017. Si les pays nordiques sont les pionniers de la démarches « zéro émissions de carbone », la France n’est pas en reste. Avec 43 000 voitures électriques ou hybrides immatriculées en 2019, elle termine au pied du podium derrière l’Allemagne, la Norvège et les Pays-Bas.

Ainsi, pour suivre cet essor et proposer des alternatives aux constructeurs et aux usagers, les collectivités étoffent leur carte de bornes pour permettre la recharge de ces modèles.

Répondre au défi de la recharge des voitures électriques 

Posséder une voiture électrique nécessite de pouvoir la recharger. Si quelques particuliers optent pour des bornes installées à domicile, ce système reste couteux. Mais à la différence des stations-service, les bornes de recharges en accès public sont encore peu nombreuses sur le territoire Français.

Pour répondre à cette problématique, ENGIE Solutions déploie des solutions SaaS* de supervision de bornes de rechargement de véhicules électriques

À destination du grand public, des collectivités et des professionnels, cette innovation s’adapte aux besoins de chacun. Au travers de son interface « entreprise » personnalisable, la solution offre un panel de fonctionnalités dédiées à la supervision des bornes de recharge :

  • Liste et états des bornes
  • Journal d’événements et alarmes
  • Information de mise en maintenance
  • Redémarrage de la borne à distance
  • Mise à jour du firmware de la borne
  • Visualisation des statistiques d’usage 
  • Gestion de comptes prépayés

Côté interfaces « grand public », l’application offre à l’utilisateur la possibilité de localiser et de réserver sur une carte les bornes de recharge libres et adaptées à son type de prise. Elle s’adapte à tous les usages (vélo, voiture personnelle ou professionnelle), permet de payer en ligne, de suivre sa consommation et également de consulter son historique de recharges.  

Particulièrement utilisée par les syndicats d’énergie régionaux, cette application, en constante évolution depuis 2017, permet de répondre à leur double enjeu : offrir à leurs usagers une solution simple de recharge et accompagner la transition énergétique de leur territoire.

Ainsi, ENGIE Solutions continue de déployer sa présence avec deux nouvelles implantations, auprès du Syndicat Départemental d'Énergie et des Déchets de la Haute-Marne, et le Syndicat de Transports du Bassin de Briey. Ces deux nouveaux déploiements offrent aux utilisateurs de ces régions l’opportunité de s’inscrire dans une mobilité durable.

 

*SaaS (Software as a Service) : Littéralement « Logiciel en tant que service ». Reposant sur une infrastructure cloud, il s'agit tout simplement de s'abonner à des services délivrés via internet, plutôt que d’installer un logiciel sur les serveurs de l'entreprise.