Pour les Français, la crise sanitaire que nous traversons va créer une rupture dans notre société : 72 % d’entre eux estiment que rien ne sera comme avant lorsque la crise sera terminée.

Les transformations plébiscitées par les Français laissent entrevoir un dénominateur commun : une aspiration forte à se réapproprier leur territoire de proximité. 60 % des Français déclarent souhaiter modifier leur manière de consommer en privilégiant des achats locaux et 57 % évoquent une volonté d’un retour à des rapports de proximité. 

La question de la reconsidération des territoires semble devenir une nécessité pour les Français, que ce soit sur leur manière de consommer, leur rapport aux autres, mais également sur leur engagement : 41 % d’entre eux souhaitent s’impliquer davantage dans la vie de leurs communes.

Les Français appellent à une action de l’État (pour 73 % d’entre eux), des collectivités locales (pour 67 % d’entre eux) et des entreprises (pour la moitié d’entre eux – 49 %) pour opérer ces transformations et accompagner le développement économique et durable des territoires.  

Les principales attentes à l’égard de ces différents acteurs sont étroitement liées à la reconsidération des territoires de proximité : 62 % des Français souhaitent que les villes soutiennent les commerçants locaux, près de la moitié des Français (46 %) souhaitent que les entreprises relocalisent certaines de leurs activités, 42 % des Français souhaitent que les entreprises soutiennent l’économie locale en privilégiant les circuits courts et 41 % des Français souhaitent que les villes agissent sur leur impact environnemental et aillent vers plus de durabilité.

 

Reconsidérer les territoires et privilégier le tissu local : l’attente majeure des Français post-crise

ENGIE Solutions, partenaire de la transition zéro carbone des entreprises, industries et collectivités, publie ce jour les résultats de l’enquête « Les attentes des Français sur le monde de demain », réalisée en partenariat avec l’institut BVA.

La crise sanitaire qui impacte nos sociétés depuis plusieurs mois n’est pas sans conséquence sur les préoccupations et les attentes formulées par les Français quant au monde de demain. Pour 72 % d’entre eux, cette crise va créer une rupture et transformer en profondeur leurs modes de vie, si bien que rien ne sera plus jamais comme avant. 

La crise les invite en premier lieu à reconsidérer leurs préoccupations, en se concentrant sur leurs besoins fondamentaux, avec en tête la santé (pour 54 % d’entre eux). Arrivent ensuite des préoccupations liées à la crise économique générée par la crise : 42 % se disent préoccupés par leur pouvoir d’achat, tandis que 27 % le sont par l’emploi et 24 % par les inégalités sociales. Ce contexte participe par ailleurs à donner une résonance plus forte à des préoccupations déjà présentes chez les Français. C’est le cas de l’écologie qui arrive en troisième position des préoccupations avec plus d’un tiers des répondants qui citent la protection de l’environnement (33 %) et la lutte contre le réchauffement climatique (30 %) comme une priorité.

Pour ce qui est de leurs comportements, les changements anticipés par les Français au sortir de la crise laissent entrevoir un dénominateur commun : une aspiration forte à se réapproprier leur territoire de proximité.  

 

étude bva 2

 

En effet, 60 % des répondants anticipent une modification de leur manière de consommer et mentionnent notamment l’envie de faire des achats plus locaux, en circuit court et de privilégier les petits producteurs, surtout lors des courses alimentaires.
En matière d’emploi, 59 % des actifs déclarent anticiper un changement de leur rapport au travail et formulent de nouvelles attentes à l'égard des entreprises.  En cohérence avec leurs aspirations à consommer plus local, 42 % des Français considèrent que les entreprises doivent soutenir l’économie locale en privilégiant les circuits courts. 

Selon les Français, les collectivités locales et les entreprises sont en première ligne pour opérer ces transformations et accompagner le développement économique et durable des territoires.  

 

étude BVA 3

 

Au sortir de la crise, 96 % des répondants estiment que les collectivités locales auront un rôle important à jouer (dont 67 % un rôle primordial). Parmi les principales priorités, 62 % considèrent que les collectivités devront soutenir les commerçants locaux et 41 % qu’elles devront rendre les villes plus vertes et durables et engager des actions de rénovation des logements insalubres ou vétustes. Enfin, 38 % estiment que la principale priorité sera de repenser la mobilité au sein de la ville. 

Pour ce qui est des entreprises, les attentes des Français sont également fortes : 91 % des répondants estiment qu’elles auront un rôle majeur à jouer dans le contexte post-crise (dont 49 % un rôle primordial). En matière de priorisation, 46 % citent en premier lieu la relocalisation de certaines activités, 43 % la préservation de l’emploi des salariés et 40 % une meilleure prise en compte de leur bien-être. Dans une moindre mesure, ils sont 33 % à relever l’importance de faire évoluer leurs pratiques actuelles de fonctionnement (modes de communication, télétravail…) et 28 % à souhaiter qu’elles réduisent leur impact environnemental. Si les Français s’accordent sur le rôle que les entreprises ont à jouer pour construire le monde de demain, ils affichent cependant un certain scepticisme quant à leur capacité à opérer de véritables changements afin d’accompagner les transformations en cours. En effet, pour 34 % d’entre eux, l’organisation des entreprises au sortir de la crise demeurera inchangé. 

Wilfrid PETRIE © Antoine Meyssonnier

La crise que nous traversons crée une rupture profonde dans nos modes de vie et de consommation. Les Français nourrissent des attentes fortes quant au monde de demain qui convergent vers une nécessité de réinvestir et reconsidérer les territoires de proximité, qui constituent leurs lieux de vie et de travail. Les collectivités locales et les entreprises sont en première ligne pour accompagner ces transformations et adopter des pratiques qui soient plus durables, résilientes et qui encouragent le développement économique des territoires. Pour autant, les Français affichent un certain scepticisme quant à leur capacité à véritablement les mettre en œuvre. Parce que les entreprises et les collectivités qui sortiront renforcées de cette crise seront celles qui auront su créer les conditions de la confiance avec les citoyens en répondant à leurs attentes, ENGIE Solutions s’investit de cette responsabilité de les accompagner dans cette transition majeure en développant des dispositifs qui répondent à leurs nouveaux impératifs en matière de transition énergétique, de verdissement des énergies et de réinvention des lieux de vie et de travail.

Wilfrid Petrie , Directeur Général Adjoint d’ENGIE, en charge d’ENGIE Solutions