Géothermie et Biomasse, synergie des énergies renouvelables

Bordeaux Métropole a confié à ENGIE Solutions l’extension et le verdissement de son réseau de chaleur du quartier du Grand-Parc dès l’automne 2024. Le projet repose sur la construction d’une géothermie doublée d’une chaufferie biomasse pour produire une énergie locale et décarbonée sur site visant à alimenter en chauffage et eau chaude sanitaire les logements collectifs du quartier.
 

Un véritable engagement

Proactive dans la lutte contre le réchauffement climatique, Bordeaux Métropole souhaite produire une énergie 100 % renouvelable, consommée localement d’ici 2050. Pour y parvenir un plan d’actions concrètes est mis en place permettant une baisse significative de 40 % des consommations d’énergie fossile et une multiplication de la production d’énergie renouvelable. Parmi les actions retenues, le déploiement et le verdissement de nouveaux réseaux de chaleur. Alimentés à 80 % par des énergies renouvelables, ces nouveaux réseaux de chaleurs implantés en plein cœur de Bordeaux pourront atteindre un seuil de production annuel de 750 GWh en 2030.

Produire une énergie positive

Avec l’utilisation de la géothermie et de la biomasse, Bordeaux Métropole vise à étendre son réseau de chaleur existant de 9 km (contre 4km aujourd’hui) et à le verdir. La métropole s’inscrit dans une démarche globale d’efficacité énergétique en matière de décarbonation. L’alliance des deux sources d’énergies renouvelables et locales issues de la combustion de matière organique et la chaleur naturelle de la couche terrestre est vertueuse pour la Ville. Elle permet d’injecter 86 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique du réseau.

Développer l’énergie durable et locale

Le nouveau réseau de chaleur baptisé « Grand Parc Energies » fournira en énergie propre l’ensemble du quartier du Grand-Parc sur une concession de 25 ans. Avec l’expertise d’ENGIE Solutions, le projet réactivera un ancien puits géothermal (réalisé en 1985) pour capter une eau naturellement chauffée (44°C) circulant dans la nappe du Cénomano-Turonien à environ 1 000 m de profondeur. En appoint, la chaufferie biomasse constituée de 3 chaudières (4 MW) viendra compléter les besoins énergétiques du quartier pour alimenter le réseau de chaleur. Dès 2025, le bois-énergie de la chaufferie biomasse sera acheminé dans un rayon de 100 km par des véhicules circulant au gaz naturel.

Une solution économique et environnementale

Ce réseau de chaleur vertueux permettra à Bordeaux d’éviter annuellement l’émission de 12 800 tonnes d’équivalent CO₂ par rapport à une énergie fossile. Avec sa conception architecturale intégrée et discrète implantée en plein cœur du quartier, un grand espace vert de 17 ha, ce projet renforce la place de la nature en Ville. Pour préserver l’harmonie visuelle du quartier boisé et développer la biodiversité, des actions concrètes seront menées : plantation de 16 arbres supplémentaires, végétalisation de la chaufferie ( toit et façade) et ajout de 2 516 m² de surface végétale. L’atout majeur environnemental du projet repose sur le forage de réinjection géothermal qui rechargera en eau potable la nappe de l’Eocène localisée entre 150 et 300 mètres de profondeur, exploitées localement pour les besoins d’alimentation en eau potable.

Chiffres clés

781 000 
m3
par an d'eau géothermale injectée dans les nappes phréatiques déficitaires
13
km
de réseau de chaleur à terme
52
GWh
d’énergie livrée à terme
86
%
d’énergie renouvelable

A voir aussi

Brève
  • Industries
  • Energies vertes (consommer mieux)
  • Digital