Coopérative_laitière_ingredia.jpg

Ingredia : une nouvelle chaufferie biomasse vertueuse

A Saint-Paul-de-Ternoise, la coopérative laitière Ingredia affiche depuis longtemps son engagement en faveur de l’environnement à toutes les phases de la chaine de production du lait et des ingrédients de lait. Dans le contexte de la crise énergétique, la coopérative décide de franchir une étape stratégique avec une vision agile pour profiter des bénéfices multiples de la construction de la nouvelle chaufferie biomasse. 
 

Fiabiliser la production de chaleur industrielle

Le site industriel historique d’Ingredia, qui compte environ 450 salariés, connait une croissance importante comme en témoigne la nouvelle unité de production de bioactifs actuellement en construction. La coopérative a donc besoin d’énergie pour augmenter sa capacité de chauffage. Face à la hausse de la facture énergétique de 46 % en 2021, les énergies renouvelables et de récupération (EnR&R) sont plus que jamais une nécessité pour fiabiliser la production de chaleur industrielle, indispensable aux procédés de fabrication de ses produits.

Prouesse en matière de décarbonation

Bénéficiant du soutien de l’ADEME (Agence de la transition écologique) dans le cadre du Plan France Relance et du BCIAT (Biomasse Chaleur Industrie Agriculture et Tertiaire), Ingredia a mis en place un partenariat d’exploitation avec ENGIE Solutions pour une durée de 15 ans. Qualifiée de pionnière avec la mise en place de sa première chaudière biomasse (2008), Ia coopérative réalise une véritable prouesse en matière de transition énergétique dans la filière agro-alimentaire. Sa nouvelle chaudière produira 85 % d’énergie renouvelable, contre 65 % aujourd’hui.

Un choix économique et vertueux

Première source renouvelable, le bois-énergie utilisé comme combustible ici provient à 75 % des filières de recyclage du territoire dans un rayon de 100 km. L’usine prévoit de mobiliser 44 000 tonnes de biomasse par an. En plus de dynamiser la filière bois locale, la nouvelle chaufferie de 17 MW s’inscrit dans une volonté de décarboner les produits laitiers proposés par Ingredia. Ainsi, la coopérative entend bien se servir de son investissement dans la décarbonation comme un avantage concurrentiel sur le marché laitier. L’utilisation de la biomasse va permettre d’économiser 26 000 tonnes de CO₂ contre 15 000 à l’heure actuelle.

La décarbonation au service de l’économie circulaire

A toutes les étapes de la chaine de production, Ingredia s’inscrit dans une démarche collective et respectueuse de l’environnement. Un excellent exemple des bonnes pratiques du groupe est sa nouvelle certification ISO 50001 pour la qualité de son management de la performance énergétique. La structure de production d'énergie biomasse, alimentée en énergie bois locale, participera pleinement à la dynamisation de la filière forêt-bois dans les Hauts-de-France, contribuant ainsi à favoriser l'économie circulaire et la pérennité des emplois locaux.

La conception et l’alimentation de la chaudière biomasse par des partenaires locaux sont des points importants de ce projet. Collaborer avec notre écosystème et valoriser notre territoire des Hauts-de-France sont des valeurs profondément ancrées dans l’ADN de notre groupe coopératif.

Serge Capron,
Président du Groupe Prospérité fermière Ingredia

Chiffres clés

85
%
d’énergie renouvelable à terme (contre 63 % à l’heure actuelle)
-26 000
tonnes
de CO₂ par an
75
%
du bois-énergie utilisé acheminé dans un rayon de moins de 100 km
44 000
tonnes
de biomasse mobilisée par an

A voir aussi

Décryptage d'expert
  • Biomasse
  • Energies vertes (consommer mieux)
  • Collectivité
  • Industries
Dossier thématique
  • Biomasse
  • Collectivité
  • Industries
Communiqué de presse